+33.6.70.74.54.10

mixel.labeguerie@gmail.com

Haut

 

Chansons écrites et composées par Michel Labéguerie

« Gazterri Berria », paroles Michel Labéguerie & P. Larzabal, musique Michel Labéguerie

 

A l’époque de Michel Labeguerie, Euskadi était synonyme de Euskal Herria, à savoir le Pays Basque et ses 7 provinces, avec un sens politique très marqué. Maintenant, depuis une trentaine d’année cela a pris le sens de Communauté Autonome Basque, à savoir les trois provinces (Gipuzkoa, Bizkaia et Araba).

 

AITATXIREN OTOA

L’auto de grand-père

Gure aitatxik dauka oto bat xarmanta
Urtez aberats eta motorrez marranta
Jazko neguaz geroz zilo du kapota
Hoberena du naski gomazko turruta

Hauxe da motorra, dena su ta karra
Oi hunen indarra, jausten duelarik patarra

Urrundik entzun eta otoa eztulka
Zakurrak lotzen dira ihesi saingaka
Leherturik baditu oiloak ehunka
Mutxurdinak hamar bat, jandarmak hameka

Gure aitatxi baino kontentago denik
Bere karroaz ez da amerikanorik
Luzaz iduki ditzan bi biat bizirik
Jaun goikoari otoitz egiten diot nik

Notre grand-père a une charmante auto
Riche en années, au moteur enrhumé
Depuis l’hiver dernier sin capot est troué
Ce qu’elle a de mieux c’est la corne en caoutchouc

Ah quel moteur, tout feu et flamme
Ô quelle vigueur en descendant la pente

En entendant de loin l’auto tousser
Les chiens fuient en aboyant
Elle a écrasé des poules par centaines
Une dizaine de vieilles filles, onze gendarmes

Nul plus content que notre grand-père
Pour sin véhicule pas même un Américain
Pour qu’il les garde tous deux en vie
Je prie le Dieu du ciel

Chanté par Baionan Kantuz

Chanté par la chorale de l’école de Cambo

Chanté par Iguzki Lore

Retour haut de la page

 

AMEN

Ez baitira maketo gure parrokua

Amen, amen, ez behar ere
Euskaldunak baitirade
Arimak ere

Erdaraz dira inork manatuak

Amen…

Ez ditu manatzen ahal ez ‘ta obizpoak

Amen…

Euskaraz manatzen tu, berak Jaun goikoak

Amen…

Segi beti horrela parroko santuak

Amen, amen, ez behar ere
Euskaldunak baitirade
Arimak ere

Ils ne sont pas métèques nos curés

Amen, amen, il faut espérer que non
Car tous sont basques
Y compris les âmes

On ne peut les commander en langue étrangère

Amen…

Ni même l’évêque ne peut les commander

Amen…

Dieu lui-même les commande en euskara

Amen…

Continuez ainsi saints prêtres

Amen, amen, il faut espérer que non
Car tous sont basques
Y compris les âmes

Retour haut de la page

 

ASTOA BALAAN

L’âne Balaan

Gure astoa Balaan, izan zerauku elizan

Asto koxkor bat zela debozionetan
Sartu zen elizako koro barne hetan
Eta ihanka lotu bere otoitzetan
Aldareko buketak ausikiz artetan

Gure astoa Balaan, izan zerauku elizan

Utzirik lo kuluxka ta konfesionala
Jaun ertorak hartu du kurutze makila
Eta hartaz zanpatuz debruetarat zoala
Elizatik haizatu oi gure kabala!

Gure astoa Balaan, izan zerauku elizan

Zergatik ez den haizu elizan astorik
Pentsaketan ari da Balaan geroztik
Orroit baita asto bat beretter izanik
Lehen eguberria gertatu zelarik

Gure astoa Balaan, izan zerauku elizan

Balaan notre grison jusqu’à l’église fit un bond

Un petit âne se voulant en dévotion
Entra à l’intérieur même du chœur de l’église
Et se prit à braire en ses prières
En broutant de tps en temps les fleurs de l’autel

Balaan notre grison jusqu’à l’église fit un bond

Ayant laissé sa sieste et le confessionnal
Monsieur le Curé a pris la hampe de la croix
Et le frappant en l’envoyant au diable
A chassé de l’église notre animal

Balaan notre grison jusqu’à l’église fit un bond

Pourquoi les ânes sont interdits d’église
Fait dès lors l’objet des pensées de Balaan
Car il se souvient qu’un âne fut enfant de chœur
Lorsque advint le premier Noël

Balaan notre grison jusqu’à l’église fit un bond

Chanté par Michel Labeguerie

Retour haut de la page

 

BAKEAREN URTXOA

La colombe de la paix

Bakearen urtxoa, oi urtxo eztia
Hegalez kurri zazu lur zabal guztia
Kontsola gerla pean dagoken jendia
Hilen haur, ait’ et’ amak, eta emaztia,
Kolpatua errestan dabilan trixtia,
Presoner dohakabe, hilik den bizia;
Errozute deneri:

Jende gaixoak,
Ez beha gau beltzari,
Bainan bai izarreri!
Bakea dela zueri!

Bakearen urtxoa, jarraik bideari,
Zure lili eztia eskainiz orori.
Mintza zaite ezinik dagon eriari;
Bihotza bero zozu xahar hoztuari;
Esperantza emozu kezkan den amari,
Bere latza ken-ozu hilen ezkilari.

Errozute deneri:

Bakearen urtxoa, hemen zaite geldi!
Lur hau da sakratua, deitzen da Euskadi!
Zorte txar batez joak girade aspaldi,
Denak anaiak-eta, bizi bi alderdi.
Gerla da berrikitan pasa hemen gaindi;
Euskaldunen urtxoa, otoi, mintza bedi!

Errozute deneri: Oi Euskaldunak,
Ez beha gau beltzari,
Bainan bai izarreri!
Bakea dela zueri!

Colombe de la paix, ô douce colombe
Parcours à tire d’ailes la vaste terre entière
Console les gens écrasés par la guerre
Enfants, parents, femmes des morts,
Le pauvre blessé qui va se traînant,
Le malheureux prisonnier à demi-mort;
Dis-leur à tous:

Pauvres gens,
Ne regardez pas la nuit noire,
Mais bien les étoiles!
La paix soit avec vous!

Colombe de la paix, poursuis ta route,
Offre à tous ta douce fleur.
Parle au malade qui n’en peut plus;
Réchauffe le cœur du vieillard que gagne le froid;
Rends espoir à la mère angoissée,
Enlève au glas toute son austérité.

Dis-leur à tous:

Colombe de la paix, reste parmi nous!
Cette terre sacrée s’appelle Euskadi!
Un mauvais sort nous frappe depuis longtemps,
Nous sommes tous frères vivant en deux endroits.
La guerre est récemment passée par ici;
Colombe des basques parle, je t’en prie.

Dis-leur à tous: Ô Basques,
Ne regardez pas la nuit noire,
Mais bien les étoiles!
La paix soit avec vous!

Chanté par Michel Labeguerie

Chanté par Aritzak

Chanté par Arraga Abesbatza

Chanté par Oskorri

Chanté par Pantxoa eta Peio

Retour haut de la page

 

BOST ITURRI

Cinq sources

Bost iturri baziren neure mendietan,
Bost iturri kantari, alai arroketan
Edaten maite nuen heien ur hotzetan,
Hetarik baten kanta, agortu da betan.

Bost gorostiz egina zen neure oihana
Nungo aire gaixtoak bota du geihena?
Hil da neure zeruko izar eztiena,
Ta itzalak geroztik bete daut barrena.

Hil da uhain arina plaia bazterrean,
Hil da uso gaztea iratze gorrian
Hil da neure umea bide kurutzean
Bere primaderako lehen iduzkian.

Mundarraingo kaskoa arrokak inguru,
Mendirik ederrena dirudi gaztelu
Bost semen erdian nik banuen urgulu
Zeruko Jainko Jauna, bortizki jo nauzu.

Il y avait cinq sources dans nos montagnes,
Cinq sources chantantes, joyeuses dans les rochers
J’aimais en boire leur eau fraîche,
La chanson de l’une d’entre elles s’est tarie d’un seul coup.

De cinq houx était faite ma forêt
D’où est venue la foudre qui a abattu le plus grand?
Elle est morte ma plus douce étoile céleste,
Dès lors l’ombre a envahi mon être.

Elle est morte la vague légère sur le bord de la plage,
Elle est morte la palombe dans la fougeraie rousse
Il est mort mon enfant dans un carrefour
Au premier soleil de son printemps.

Le sommet du Mondarrain est entouré de rochers,
La plus belle montagne ressemble à un château-fort
Au milieu de cinq fils je me sentais plein d’orgeuil
Seigneur Dieu du ciel tu m’as frappé durement.

Chanté par Peyo Labéguerie & Aritzak

Chanté par Erramun Martikorena

Retour haut de la page

 

ELUR EGIN DU

Il a neigé

Elur egin du gau huntan
Kanpoak ixil, xoriak biribil,
Beren lumazko jauntzitan,
Urtsumendi mantalin xuritan…

Elur egin du…

Hego haize urrietan,
Haitzak geroztik, ostoz biluzirik,
Hotzez zauden ikaretan,
Orai kapa xuri espaldetan…

Elur egin du…

Hurbil gaiten su xokorat
Egun goxoen, mila orroitzapen
Su bizian berotzerat.
Gure haur ametsen berpiztera,

Elur egin du…

Il a neigé cette nuit
La nature se tait, les oiseaux se lovent,
Dans leur costume de plumes,
L’Urtsumendi en mantille blanche…

Il a neigé cette nuit…

Vent du Sud en octobre,
Dès lors les chênes perdent leurs feuilles,
Ils tremblaient de froid,
Ils ont maintenant cape blanche sur les épaules…

Il a neigé cette nuit…

Approchons-nous du coin du feu
Pour réchauffer au feu vif
Les jours heureux, les mille souvenirs
Et ressusciter nos rêves d’enfant.

Il a neigé cette nuit…

Chanté par Aritzak

Chanté par Erramun Martikorena

Chanté par Amaia Hiriart

Retour haut de la page

 

EZKILAREN KANTUA

Le chant de la cloche

Gure eliz’dorreko ezkila zaharrak
Badauzka hedaturik berrien bakarrak.

Dilin, dalan, dalan,
Din dan boleran

Ene aitatxi zuten noizbait bataiatu,
Ezkil zaharra baitzen alegrantziatu.

Sortuz geroz gizonak zor du maitatzea,
Bai kartsuki jo zuen haren ezkontzea.

Bainan ezkil zaharra zertako brandaka,
Etsai gaixtoa dator, lot gizon armaka.

Arrats hots latzgarria, ezkil hetsitua
Aitatxi gorputz da-ta, gerla da galdua.

Bainan ezkila mintzo, xo! dezagun adi,
Haur ttipi bat sortu da azkar bizi bedi.

Kanta beza ezkilak menderen mendetan,
Kanta beza bizia Euskal herrietan!

La vieille cloche de notre campanile
A répandu nombre de nouvelles.

Ding, dang, dong
Ding, dong, à toute volée!

Mon grand-père fut, un jour, baptisé
Et la vieille cloche tinta d’allégresse

Dès sa naissance l’homme se doit d’aimer,
Avec ferveur elle carillonne pour son mariage.

Mais, vieille cloche, pourquoi donc le tocsin?
Le méchant ennemi arrive, homme, prends les armes.

Glas terrible dans le soir, cloche désespérée,
Grand-père est décédé, la guerre perdue.

Mais la cloche parle, chut! écoutons-la,
Un petit enfant est né, qu’il vive, robuste.

Que chante la cloche dans les siècles des siècles,
Qu’elle chante la vie dans tout le Pays Basque.

Chanté par Michel Labeguerie

Chanté par Aritzak

Chanté par Iguzki Lore

Chanté par Joseba Irazoki

Retour haut de la page

 

GATUA PITXITXI

Pitxitxi le chat

Ez du uzten supazterra,
Badu lepoko superra,
Da gizen bezain ederra,
Iduri du Kalonjerra.

Gure gatua Pitxitxi da dena ile eta txitxi

Eguna deraman lotan
Ase ondo ametsetan,
Iduri du bai egitan
Kalonjer bat bezperetan.

Jaun kalonjerra barkatu
Zuri baitut konparatu.
Pitxitxik ileak baditu
Ez zaio kaskoa pelatu.

Lana baitzaio itsusi
Ez du ihizin ikasi,
Saguño bati ihesi
Nihaurk atzo dut ikusi.

Pitxitxi hiltzen delarik
Ez baitu egin gaizkirik,
Zazpi izpirituetatik
Bat baduke salbaturik.

Nola bizi den lur huntan
Hala gatuen zerutan,
Biziko da amentsetan
Sekulorum sekulotan.

Il ne quitte pas le coin du feu,
Il a un magnifique collier,
Il est aussi gras que beau,
Il ressemble à un chanoine.

Pitxitxi notre chat, poil dru et gros pacha

Il passe la journée à dormir
Repu et rêvant
Il ressemble à vrai dire
A un chanoine après les vêpres.

Pardonnez Monsieur le chanoine
Si je l’ai comparé à vous.
Pitxitxi a le poil dru
Il n’a pas le crâne pelé.

Comme il déteste le travail
Il n’a pas appris à chasser,
Fuyant devant une souris
Tel je l’ai vu hier.

Quand Pitxitxi mourra
Comme il n’a rien fait de mal,
Des sept esprits
Il en aura un de sauvé.

Comme il a vécu en ce bas-monde
De même au ciel des chats,
Il vivra en rêvant
In secula seculorum.

Chanté par Michel Labeguerie

Chanté par Aritzak

Chanté par Olatz Salvador

Retour haut de la page

 

GAU ILUNA

Nuit sombre

Gau iluna xurpaildu da, goiz argi urratzean
Gau ainarak sartu dire elizako dorrean.
Ezkilak atzarri dire anjelusa joitean,
Eta zu neure maitea zaude lo amentsetan.

Atzarri, atzarri zaite, nere lore maitea
Iguzkia jeikitzen da dator argi betea!

Zoin goxo den senditzea ihintzaren garbia,
Goizaren saindutasuna, argiaren grazia.
Elgar maite dutenentzat, hor da egun berria,
Xorien magnifikatez betea da guzia.

Kantuz ari naiz zuretzat. Kantuz ari xoriak!
Amodiozko goizean ideki bi begiak.

La nuit sombre a pâli lorsqu’apparaît l’aurore
Les chauves-souris se sont retirées dans le clocher de l’église.
Les cloches se sont réveillées en sonnant l’angélus,
Et toi, ma bien-aimée, tu rêves en dormant.

Éveille-toi, éveille-toi ma fleur bien-aimée
Le soleil se lève, le plein jour arrive!

Comme il est doux de sentir la limpidité de la rosée,
La sainteté du matin, la grâce de la lumière.
Pour ceux qui s’aiment voici le jour nouveau,
Tout plein du « Magnificat » des oiseaux.

Je chante pour toi. Les oiseaux chantent!
En ce matin d’amour, ouvre tes deux yeux.

Chanté par Aritxak

Retour haut de la page

 

GAZTERI BERRIA

Jeunesse nouvelle

Aita zer egin duzu gure lur maitea?
Kanpokoari saldu, oi dohakabea!
Arrotzez betea da Euskadi guzia,
Euskalduna etxean ez dago nausia.

Gu gira Euskadiko gazteri berria
Euskadi bakarra da gure aberria…

Aita zer egin duzu euskara maitea…
Erderan hazi duzu oi zure semea.
Ontasun ederrena aita batek galtzea,
Bihotzean sartua dugu ahalgea.

Gu gira Euskadiko gazteri berria

Kaskoin edo maketo ez dugu etsaia,
Bainan Euskal semea da gure anaia.
Hemen dela España, han dela Frantzia,
Mugaren bi aldetan da Euskal-herria.

Gu gira Euskadiko gazteri berria

Jaungoikoak emana hor dugu herria,
Bere semek hiltzera zer gatik utzia…
Bat egingo behar dugu Euskadi guzia,
Bildu gaiten anaiak gure da bizia!

Gu gira Euskadiko gazteri berria

Père qu’as-tu fait de notre terre chérie?
Tu l’as vendue à l’étranger, oh! malheureux!
Notre Euskadi est rempli d’étrangers,
Le Basque n’est pas maître en sa maison

Seule Euskadi est notre patrie.

Père, qu’as-tu fait de l’euskara chéri…
Ton fils tu l’as élevé en langue étrangère.
Qu’un père puisse perdre un si beau trésor,
Notre cœur est envahi de honte.

Nous sommes la jeunesse nouvelle d’Euskadi

Le Gascon ou le métèque ne sont pas nos ennemis,
Mais l’enfant du Pays Basque est notre frère.
Ici l’Espagne, là la France,
Des deux côtés de la frontière est le Pays Basque.

Nous sommes la jeunesse nouvelle d’Euskadi

Notre pays nous a été donné par Dieu,
Pourquoi ses enfants le laissent-ils mourir…
Nous devons réunir l’ensemble d’Euskadi,
Réunissons-nous, frères, la vie nous appartient!

Nous sommes la jeunesse nouvelle d’Euskadi

Chanté par Michel Labeguerie

Chanté par Aritzak

Chanté par Erramun Martikorena

Chanté par Estitxu

Retour haut de la page

 

GUDARI EUSKUALDUNEN KANTUA

La chanson du soldat basque

Zer duk nigarrez, zer duk hain ilun
Euskaldun gudari.
Ator gurekin besta duk egun
Gaitezen liberti.

Ez ez ez naike alai izan ni
Ez baita libro Euskadi,
Ez baita libro Euskadi.

Lagunak hilak gorputz lurpean
Edo desterruan.
Gu berriz hemen bertzen menean
Preso gure etxean.

Gauak goiz alba duela ondoko
Lagun orroit hadi.
Luza gabe diuk bai libratuko
Gure ama Euskadi.

Bai bai bai alai izango naiz ni
Libratu eta Euskadi

Qu’as-tu à pleurer, pourquoi es-tu si sombre
Guerrier basque.
Viens avec nous c’est jour de fête
Divertissons-nous.

Non, je ne peux être joyeux
Car Euskadi n’est pas libre,
Car Euskadi n’est pas libre,

Les compagnons morts et enterrés
Ou en exil.
Nous, par contre, soumis à d’autres
Prisonniers en notre maison.

A la nuit succède l’aube blanche
Souviens-t ‘en compagnon.
Prochainement nous libérerons
Notre mère Euskadi

Oui, oui, oui, je serai joyeux
Après avoir délivré Euskadi

Chanté par Michel Labeguerie

Retour haut de la page

 

HAURTXO HAURTXOA

Enfant, mon enfant

Haurtxo haurtxoa, izu egin lo
Hemen nauzu, zu zaintzeko

Izu egin lo, aita urrun da
Euskadiren zerbitzuko
Zure ondoan ama daukazu
Inoiz ez zaitu utziko

Haurtxo haurtxoa, izu egin lo
Hemen nauzu, zu zaintzeko

Izu egin lo, aita preso da
Zu bihar libro izaiteko
Egun batian etorriko da
Gu biokin bizitzeko

Haurtxo haurtxoa, izu egin lo
Hemen nauzu, zu zaintzeko

Izu egin lo, iluna gatik
Zeruan izarra dago
Mila ta mila izango dire,
Aita libratu ta gero

Enfant, mon enfant, fais dodo
Je suis ici pour te protéger

Fais dodo, ton papa est loin
Au service d’Euskadi
Auprès de toi ta mère
Jamais ne t’abandonnera

Enfant, mon enfant, fais dodo
Je suis ici pour te protéger

Fais dodo, ton papa est en prison
Pour que tu sois libre demain
Un jour il reviendra
Pour vivre avec nous deux

Enfant, mon enfant, fais dodo
Je suis ici pour te protéger

Fais dodo, malgré la nuit
Il y a des étoiles dans le ciel
Il y en aura des milliers
Lorsque ton papa sera libre

Chanté par Michel Labeguerie

Chanté par Olatz Zugasti

Chanté par Jurgi Ekiza

Retour haut de la page

 

IBAR ZOLA

Fond de vallée

Ibar zola itoetan gura nuen haize biziz,
Errekalde ilunetan egarri nintzan goi argiz,
Gau mutuen erresuman bihotza naukan garrasiz

Entzun dut neure baitan
Mendiaren deia,
Entzun dut neure baitan
Kantari mendia

Ibili naiz mendiz mendi zoratuz askatasunez,
Bete ditut beharriak goietako irrintzinez.
Bete ditut bi begiak urruti zabal urdinez

Goiko gainetan dut entzun musikarik ederrena,
Goizaren irri alaia, arratsean hasperena,
Ta nitan sortzen senditu herriaren maitasuna!

Goazen mendigoizaleak ikusterat goiz argitan,
Jaungoikoaren bakea gora ibilki airetan,
Euskal Herria estaliz arranoen hegaletan.

Entzun, entzun gaztea,
Mendiaren deia,
Entzun entzun gaztea,
Kantari mendia

Dans le fond de la vallée, j’avais envie de me noyer de vent vif.
Dans les ravins obscurs, j’avais envie (ou je recherchais) de la lumière d’en haut
Dans le royaume des nuits silencieuses, mon cœur hurlait.

J’ai entendu en moi
L’appel de la montagne
J’ai entendu en moi
La montagne chanter

J’ai marché de monts en monts, m’enivrant de liberté,
J’ai rempli mes oreilles des irrintzinas des sommets,
J’ai rempli mes deux yeux de lointains espaces bleus

Sur les hauteurs, j’ai entendu la plus belle musique,
Le rire joyeux de l’aurore, le soupir du soir,
J’ai senti naître en moi l’amour du pays.

Allons voir, amis de la montagne, l’aube
Que la paix de Dieu voguant dans l’air,
Couvre Euskadi sur les ailes des aigles.

Entends, entends, jeune,
L’appel de la montagne,
Entends, entends, jeune,
La montagne chanter.

Retour haut de la page

 

LOA LOA

Dodo

Loa loa, neure haurra dutalarik etzaten
Zure erresuman sartzetik zerk ote du trabatzen?
Ez da uli bat baizikan, dabilana itzulikan
Ez da uli bat baizikan dantzan ari zoladuran

Loa loa, zure urruneko hirien borten idekitzetik
Zer duk bada gau huntan trabatzen?
Ez da lupu bat baizikan harilkaetik dilindan
Ez da lupu bat baizikan iruten ari bakean

Loa loa, gaur zure erreker gaindi heldu den
Gauazko zaldiaren aditzetik, zerk du trabatzen?
Ez da musker bat baizikan ikur-makurka herrestan
Ez da musker bat baizikan heldu dena baratzean

Loa loa zure oihanera hegaldatzetik nork du trabatzen?
Xori urdinaren gibeletik?

Gatua da sukaldean lokarturik ametsetan
Gatua da sukaldean, supazter xoko beroan
Sutondoan gatua lo, lo ere denak kanpoan
Gatua lo sutondoan, lo ene ñimiñoa, lo

Dodo, quand je couche mon enfant
Qui est-ce qui l’empêche d’entrer dans ton royaume?
Il n’y a qu’une seule mouche qui va virevoltant
Il n’y a qu’une mouche qui danse sur le plancher.

Dodo, l’ouverture des portes de vos villes lointaines
Qui est-ce qui l’empêche cette nuit?
Il n’y a qu’une araignée pendue à son fil
Il n’y a qu’une araignée qui file en paix

Dodo, cette nuit le galop au-dessus des ravins
Du cheval de la nuit qui est-ce qui empêche de l’entendre?
Il n’y a qu’un lézard se traînant et trébuchant
Il n’y a qu’un lézard qui va par le jardin

Dodo, qui empêche de s’envoler vers votre forêt
A la poursuite de l’oiseau bleu?

Le chat est à la cuisine, endormi dans ses rêves
Le chat est à la cuisine, à la chaleur du coin du feu
Auprès de l’âtre le chat dort, tout dort au dehors
Auprès de l’âtre le chat dort, dors, mon petit, dors

Chanté par Aritzak

Retour haut de la page

 

MARITXU

Maritxuk hiru urte ditu
Maritxuk lehen hortza galdu
Lehen atsegabea gaixoak gora hain du
Aitak kontsolatzeko, lelo hau kantatu

Maritxuk hogoi urte ditu
Maritxuk lehen maitia galdu
Oheko buhurdia nigarrez busti du
Aitaren leloak du berriz kontsolatu

Maritxuk berrhogoi urte ditu
Maritxuk seme bakarra galdu
Bere ume hoztua besotan hartu du
Ta nigarren erdian lelo hau kantatu

Maritxuk larhogoi urte ditu
Aspaldi azken hortza galdu
Bi begietan ere negarrikan ez du
Zeruari begira egiten du kantu

Maritxu a trois ans
Maritxu a perdu sa première dent
Son premier chagrin, la pauvre, elle le ressent très fort
Son père, pour la consoler, lui a chanté ce refrain

Maritxu a vingt ans
Maritxu a perdu son premier amoureux
Elle a mouillé de larmes l’oreiller
Le refrain de son père l’a consolée à nouveau

Maritxu a quarante ans
Maritxu a perdu son fils unique
Elle a pris dans ses bras ce corps refroidi
Et au milieu des larmes chanté ce refrain

Maritxu a quatre-vingt ans
Il y a bien longtemps qu’elle a perdu sa dernière dent
Elle n’a plus de larmes dans ses deux yeux
Elle chante les yeux rivés au ciel

Retour haut de la page

 

NAFARRA, OI NAFARRA

Navarre, ô! Navarre

Nafarra, oi Nafarra, Euskadi lehena,
Ederra zen ametsa zure erregena.

Arrosa bat urrezko zazpi ostokoa,
Errege ahur baten neurri betekoa,
Edozoin baratzetan ezin sortuzkoa,
Zurean zen loratu batasun gogoa

Nafarra, oi Nafarra, Euskadi lehena,
Ederra zen ametsa zure erregena

Entzuten da kantatzen zuen gaztelutan,
Uztai harri xaharren erreberietan,
Santxoren hil hobitik ilun nabarretan
Beti jalgitzen diren hasperen trixtetan.

Nafarra, oi Nafarra, Euskadi lehena,
Egin zazu ametsa zure erregena.

Azkarrena zu zinen zazpi anaietan,
Zure kadetan preso nork zaitu ba eman?
Xuti zaite ta jalgi errege jauntzitan,
Batasun berriaren arrosa eskutan.

Nafarra, oi Nafarra, Euskadi lehena,
Bizi bedi ametsa zure erregena.

Navarre ô Navarre première Euzkadi
Il était beau le rêve de tes rois

Rose d’or aux sept pétales
A la pleine mesure d’un poing royal
Elle ne pouvait naître dans tous les jardins
Dans le tien elle a fleuri, la fleur de l’unité

Navarre ô Navarre première Euzkadi
Qu’est devenu le rêve de tes rois?

On l’entend chanter des tes châteaux
Dans les songes de leurs vieilles pierres
Dans les soupirs tristes qui au crépuscule
S’exhalent du tombeau du Grand Sanche

Navarre ô Navarre première Euskadi
Il était beau le rêve de tes rois

C’était toi le plus fort des sept frères
Qui t’a donc emprisonné dans tes chaînes?
Lève-toi et paraîs en manteau royal
Tenant dans ta main la rose de la nouvelle unité

Navarre ô Navarre première Euskadi
Que vive la rêve de tes rois

Chanté par Estitxu

Retour haut de la page

 

OI KANTA BERRI

Oh! chant nouveau

Oi kanta berri ixilik nago orai duela aspaldi
Zuretzat nuen kar bero hura zuk zitudela dirudi
Beste lanetan iragan ditut hainitz egun ta gaualdi
Bainan oraino ez dut ukatu euskara eta Euskadi

Oi kanta berri gure herriak behar du bide ta zubi
Etxetan ere baitezpadako argiarekin ur garbi
Horiek denak ez dire aski bizi dadien Euskadi
Hanbat oraino beharko ditut kanta bat eta kanta bi

Oi kanta berri izan zaite zu anaiarteko zubia
Batasunetik libertatera gidatzen duen bidia
Kartzelan den abertzaleari emozu doi bat argia
Hetsiturikan den bihotzari esperantza ur bizia

Oi kanta berri bihotzetikan ezpainetarat jalia
Euskal airean bihaltzen zaitut, zu nere mezularia
Jenden artean izatu banaiz beresle samurlaria
Izan zaite zu neure partetik bakezale den xoria

Oh! chant nouveau, je suis avec vous depuis longtemps
Cette flamme chaude que j’avais pour vous n’a pas défailli semble-t-il
En autres travaux j’ai passé force journées et nuits
Mais pas encore renié ni l’euskara ni Euskadi

Oh! chant nouveau notre pays a besoin de routes et de ponts
Dans nos maisons aussi les nécessaires lumière et eau propre
Tout cela est insuffisant pour que vive Euskadi
Il lui faudra encore et un chant et même deux

Oh! chant nouveau, soyez le pont entre les frères
La route qui guide de l’unité à la liberté
Donnez au patriote emprisonné un peu de lumière
Au cœur désespéré l’eau vive d’espérance

Oh! chant nouveau jailli du cœur aux lèvres
Je vous envoie dans les airs vous mon messager
Si j’ai été parmi les gens semeur de discorde
Soyez de ma part l’oiseau de paix

Chanté par Anje Duhalde & Benito Lertxundi

Chanté par Baionan Kantuz

Chanté par Kantu Bidaian

Chanté par Taberna Ibiltaria

Retour haut de la page

 

PRIMADERAKO LILIAK

Les fleurs du printemps

Primaderako liliak, goizik ziren loratuak
Urte hartan gertatu zen,Bazko erramu baino lehen.

Gaituzte ezkontarazi, maite ninduzun hain guti
Ezkontarazi gaituzte, ez zintudalarik maite.

Ginuelarik elgarri, eman biziko uztarri
Ezkilak zauden ixilik, nik ez baitakit zergatik

Ez zuten egin boleran, menturaz ziren Erroman
Ez ziren gure lekuko, ez izanen bataioko

Nunbeit balinbada zeru, gure haurra da aingeru
Aingeru zeruan bainan, umerik ez ohantzean

Bihotza hotzez kaskaran, nago geroaren menturan
Etor bedi primadera, kanpoak diten berriz lora

Xoriak amodiotan, berriz hastean bertsotan
Leihoa dut idekiko, amodioa da sartuko

Gaituzte ezkontarazi, elgarrekin behar bizi
Ezkontarazi gaituzte, behar dugu elgar maite

Les fleurs du printemps bien tôt écloses
Cette année-là fut celle de Pâques avant les Rameaux.

On nous a mariés, vous m’aimiez si peu
On nous a mariés, je ne vous aimais pas.

Lorsque nous nous plaçâmes sous le même joug
Les cloches étaient muettes, je ne sais pourquoi.

Elles ne sonnèrent pas à toute volée, peut-être étaient-elles à Rome
Elles n’étaient pas nos témoins, pas plus pour le baptême.

Si le ciel existe notre enfant est un ange
Un ange au ciel, mais point d’enfant dans le berceau.

Mon cœur tremble de froid devant l’avenir
Vienne le printemps et la nature refleurisse.

Quand les oiseaux enamourés reprendront leurs chants
J’ouvrirai la fenêtre, l’amour entrera.

On nous a mariés, il faut vivre ensemble
On nous a mariés, il faut nous aimer.

Chanté par Michel Labeguerie

Retour haut de la page

 

TRIPAN MIN

Mal au ventre

Tripan min eta tripan min
Kaskoin batek deraut egin (bis)

Egin ondoan merkatu, biek ginuen afaldu
Erretira zen hurbildu, politikan ginen lotu

Nik oihu Gora Euskadi, harek « sale basque » niri
Ni papotik lotu hari, jandarmak zauzkun ateri

Kaskoina dute libratu, ta ni aldiz preso sartu
Presondegian dut kantatu denek dezaten aditu

Kaskoinak du irabazi bainan ez dut nik ahantzi
Saria bai du merezi, bihar ez bada ere etzi

Kaskoina ixildu bedi, gurea baita Euskadi
Izanen da haren aldi, libro delarik Euskadi

Mal au ventre et mal au ventre,
Un Gascon me l’a donné.

Après avoir fait affaire nous soupâmes ensemble,
L’heure de se retirer survenue, nous parlâmes politique.

Je criai Vive Euskadi, lui me traita de « sale basque »,
Je l’empoignai au collet, les gendarmes survinrent.

Ils ont libéré le Gascon, et m’ont mis en prison,
J’ai chanté en prison pour que tout le monde entende.

Le Gascon l’a emporté, moi je n’ai pas oublié,
Il mérite son dû, sinon demain après demain.

Que le Gascon se taise car Euskadi est à nous,
Ce sera son tour quand Euskadi sera libérée.

Retour haut de la page

 

XORIERI MINTZO ZEN

Il parlait aux oiseaux

Xorieri mintzo zen, mintzo zen errekari,
Oihaneko zuhaitzeri ta zeruko izarreri,
Mintzo zen haizeari.Xoro batentzat zaukaten!
Xorieri mintzo zen, xoro batentzat zaukaten!

Ez zakien irakurtzen gizonen liburutan,
Bainan ongi bazakien zeruko seinaletan
Zeruko seinaletan ta jenden bihotzetan.

Haurrek zuten harrikatzen, zahar gaztek trufatzen,
Etxekoek berek ongi laneko baliatzen,
Laneko baliatzen eta gosez pagatzen.

Hil da xoroa bakarrik, bakarrik da ehortzi,
Ez zen han kristau bat ere salbu lau hilketari,
Salbu lau hilketari, ta apeza kantari.

Hilobian ezartzean haizea zen gelditu,
Xoriak ziren ixildu, zerua zen goibeldu,
Zerua zen goibeldu, ta jendea orroitu!

Il parlait aux oiseaux, il parlait au ruisseau,
Aux arbres de la forêt et aux étoiles du ciel,
Il parlait aux oiseaux et il parlait au vent
On le prenait pour fou, on le prenait pour fou

Il ne savait pas lire dans les livres des hommes,
Mais il connaissait bien les signes célestes
Tous les signes célestes et le cœur des hommes

Les enfants lui lançaient des pierres, jeunes et vieux le rallier
Et même les siens le faisait travailler dur
Et pour paiement le laisser mourir de faim

Le fou est mort, seul. On l’enterra, seul
Pas un chrétien n’était présent
Sauf quatre croque-morts et le prêtre qui chantait

Mais à l’instant de sa mise au tombeau
Le vent cessa, Les oiseaux se turent, le ciel s’obscurci, et alors
Alors les gens se souvinrent et réalisèrent

Chanté par Airez Aire

Chanté par Aritzak

Chanté par les choeurs Itsasoa de Biarritz

Chanté par la chorale de l’école de Cambo

Chanté par Erramun Martikorena

Chanté par Kriolinak

Chanté par Petti

Chanté par Tximi Txama

Retour haut de la page